Jeudi 11 janvier 20h30

Mis en avant


Cette projection débat proposée par LES AMIS DU CINOCH’
en partenariat 
avec le Colisée et les Amis du Monde Diplomatique
en présence de l’auteur Jean-Luc Pelletier 

à pour objet d’échanger autour de ce constat :
De Sainte Marthe dans le Lot et Garonne à Altamira dans l’état du Parà en Amazonie brésilienne les mêmes géants du béton et de la finance provoquent les mêmes dégats. 
Si la gravité des situations n’est pas la même  les procédures pour arriver à leurs fin sont identiques,Alors que partout le pouvoir de l’argent dévaste la nature et porte atteinte aux personnes , l’état du monde reste en suspens. Les populations s’organisent …

Jean-Luc Pelletier:
Jean-Luc est géologue de formation aujourd’hui à la retraite et vivant à Marmande dans le Lot-et-Garonne. Après des expériences à l’étranger en coopération technique et bureau d’études en RDC, en Tunisie et au Brésil, il rejoint la France et travaille au sein des directions régionales de l’agriculture à Rennes, Lille puis Nantes. Ses activités sont liées à l’environnement puis à l’économie agricole et aux problèmes fonciers. Jean-Luc est membre de Frères des Hommes où il est notamment impliqué dans les relations de l’association avec ses partenaires intervenant dans le domaine de l’agriculture familiale. Il voyage régulièrement au Brésil où Il a notamment réalisé cinq petits films documentaires tournés avec le MST.

Jeudi 14 décembre à 20h30

Mis en avant

SATIRE DANS LA CAMPAGNE 
Du dessinateur Marc LARGE 
et de son complice journaliste Maxime CARSE
Partenariat Cinoch’/ Amis du Monde Diplomatique/Colisée
Nous souhaitons que ce film fasse rire et réfléchir.
Placé sous le signe de l’humour, ce document veut démontrer l’importance de la satire dans notre société. Poult de la démocratie, cette liberté de ton et d’expression est une véritable soupape, une bouffée d’oxygène salvatrice pour les lecteurs, les auditeurs et les spectateurs. La satire fait également réfléchir.
La satire est une œuvre dont l’objectif est une critique moqueuse de son sujet (des individus, des organisations, des États, etc.), souvent dans l’intention de provoquer, prévenir un changement ou de porter à réfléchir. Le terme « satire » vient du latin satura qui signifie « mélange » ou « pot-pourri », en raison de la multitude de ses modes d’expression : dessin, théâtre, littérature… puis cinéma, chanson, etc. (D’où la volonté de rassembler des artistes d’horizon et de modes d’expression différents).
L’attentat terroriste qui a visé Charlie Hebdo en 2015 a réveillé un élan de solidarité sans précédent dans le monde entier et une prise de conscience générale de l’importance de la liberté d’expression. La France revendique depuis longtemps ce ton tout particulier de la « gauloiserie » : ce qui est de l’ordre d’une gaité vive et libre.
De Coluche à Groland, en passant par Desproges ou Hara-Kiri, la critique des politiques par l’humour est une spécificité que les français affectionnent autant qu’elle peut les choquer.
Mais quelle est véritablement le pouvoir de la satire aujourd’hui ? kisskissbankbank.com
« A la façon d’un « Merci Patron », de François Ruffin, documentaire politique qui a pu lui aussi voir le jour grâce à un financement participatif, « Satire dans la campagne » rêve d’un même beau destin. Pour faire entendre ce besoin de rire, « de dédramatiser les chosescar cette élection, peut-être plus que les autres, a généré tant de violence, de division, de haine. On a senti très vite qu’on pouvait et devait rire », poursuit Marc Large. Comme une soupape, une bouffée d’oxygène salvatrice, décrit même le synopsis. » sudouest.fr
 « Pourquoi vous engagez dans la promotion de ce documentaire ?
Daniel PREVOST : « Marc Large (dessinateur de presse et réalisateur du documentaire N.D.L.R.) est un copain, comme d’autres copains du Groland etc. J’ai évidemment dit oui pour cette participation totalement amicale et pour soutenir ce documentaire qui est une belle vision de la société telle qu’elle est avec ses points de vue différents, drôles… ou pas drôles. »

MARDI 3 OCTOBRE 2017 20H30

Mis en avant

Partenariat Cinoch’/Les Amis du Monde Diplomatique/Colisée
Animé par Bernard Dauphiné

De Jonathan ATTIAS, Alexandre LUMBROISO – France – 2017 – 1h28

Des pétitions, nous en signons de plus en plus sur internet. Mais que deviennent réellement nos clics une fois ces pétitions signées ?
Jonathan et Alexandre, les deux réalisateurs de ce film étaient loin de se douter qu’ils s’engageaient dans une telle aventure et dans un tel combat quand ils ont commencé ce film. Tout a débuté par un blog et une websérie que vous connaissez peut-être : Jardiniers levez-vous ! Leur but : sensibiliser les gens à la préservation des semences traditionnelles, prendre le problème à la racine et commencer par protéger les graines afin de préserver la biodiversité. Une belle idée ! Forts du succès de leurs vidéos, ils ont décidé de s’appuyer sur la petite communauté d’internautes qu’ils avaient réussi à fédérer pour lancer une pétition afin d’aller plus loin : proposer une modification de la loi et redonner de l’autonomie aux agriculteurs face aux grands semenciers.
Nous sommes nombreux à nous demander ce que deviennent les pétitions que nous signons ou que nous voyons passer sur la toile. Jonathan et Alexandre, eux, ont été au bout de l’aventure, étape après étape, pour faire entendre la voix de tous les citoyens qui ont fait la démarche de signer et de soutenir leur initiative. Leur film est une belle leçon de citoyenneté et une passionnante démonstration du fonctionnement (et des dysfonctionnements) de notre démocratie. Ces deux énergumènes pleins d’énergie repoussent toutes les barrières (et elles sont nombreuses !) mais réussissent néanmoins à prouver que tout est encore possible et que les citoyens, lorsqu’ils s’unissent, ont encore leur mot à dire ! Des Clics de Conscience est une aventure émouvante mais aussi un documentaire pédagogique sur la place du citoyen dans notre démocratie.
Ce film est une immersion dans la quête joyeuse mais sérieuse de deux protagonistes dont la simple pétition #YesWeGraine, devenue amendement sur Parlement & Citoyens, est venue bousculer le Parlemen

Mercredi 27 septembre 20h30

Mis en avant

En présence du réalisateur Quentin RAVELLI – Sociologue & chargé de recherche au CNRS – Partenariat Cinoch’/ Amis du Monde Diplomatique /Colisée

Des carrières d’argile abandonnées aux crédits immobiliers impayés, les briques espagnoles incarnent le triomphe puis la faillite économique d’un pays. Usines qui ferment la moitié de l’année, ville-fantôme curieusement habitée, guerre populaire contre les expropriations orchestrées par les banques : suivre le parcours d’une marchandise – les briques – donne un visage à la crise et dessine les stratégies individuelles ou collectives qui permettent de la surmonter.
« J’avais à l’esprit le tressage d’une natte liant ces différents éléments qui ne se rencontrent pas physiquement dans la réalité : le maire qui se bat pour remplir sa ville fantôme, les gens qui s’organisent pour se battre contre les banques a n de faire annuler les dettes, et bien sûr l’industrie de la brique. D’où la forme en mosaïque du lm, le point de vue sur la crise se déplace sans cesse, ce qui per- met de comprendre différentes facettes. » Quentin Ravelli

POUR EN SAVOIR PLUS !!

LE 15 SEPTEMBRE 2017 20H45

DE HIROSHIMA A FUKUSHIMA – LE COMBAT DU Dr HIDAD
de Marc PETITJEAN –
En présence du réalisateur Marc PETITJEAN
Dans le cadre de la Rencontre (Maison des Mémoires)
« Ecriture & Images, Filmer, Dessiner la mémoire. »
&
de l’Exposition HIBAKUSHA
Dessins des survivants d’Hiroshima et de Nagasaki présentée par le
Centre Joë Bousquet et son Temps et Les Archives Nationales
Partenariat Centre Joë Bousquet et son Temps/Cinoch’/Colisée

Le désastre de Fukushima vu à travers les yeux du docteur Hida, 96 ans, survivant et témoin de la bombe atomique de Hiroshima. Après avoir soigné les irradiés pendant 60 ans, il continue de se battre pour un monde meilleur, dénonçant avec humour et provocation l’attitude des pouvoirs publics. Son association, Hidankyo, a été nominée pour le Prix Nobel de la Paix.

“De Hiroshima à Fukushima” montre comment les autorités japonaises essayent de minimiser l’impact réel des radiations sur la population pour ne pas avoir à indemniser les victimes et à payer leurs soins médicaux. “L’histoire semble se répéter depuis le bombardement atomique de 1945” dit me docteur Hida.

LIVRE DISPONIBLE AUX LIBRAIRIES Mots & Compagnie Librairie Majuscule Breithaupt

 

 

Expo HIBAKUSHA Dessins des survivants d’Hiroshima et de Nagasaki