Du 7 au 13 décembre 2016

affiche

De José Luis LOPEZ-LINARES
Documentaire-Espagne- 2016- 1h25mn
avec les interventions de Orhan Pamuk, écrivain, William Christie, chef d’orchestre, Cai Guo-Qiang, artiste plasticien, Nélida Piñón, écrivain, Salman Rushdie, écrivain, Hano Wijsman, historien, Sophie Schwartz, neuroscientifique, Renée Fleming, …
Mercredi 18h15
Jeudi 21h00
Vendredi 18h15
Samedi 18h15
Dimanche 18h30
Lundi 14h00
Mardi 21h00

Savez-vous quel est le point commun entre Deep Purple, le groupe précurseur du heavy métal, et Michael Jackson, le King de la Pop ? La réponse, pour le moins étonnante, est : Jérôme Bosch et plus précisément son célébrissime Le Jardin des Délices. Fascinés par le peintre flamand, les uns et l’autre ont utilisé un détail de ce tableau mythique pour illustrer une de leurs pochettes, celle de l’album éponyme Deep Purple de 1969 et, pour le roi du moon walk, celle de son album Dangerous, en 1991…

C’était une amusante petite anecdote pour montrer à quel point ce peintre et tout spécialement son Jardin des Délices, exposé depuis 1936 au Musée madrilène du Prado, ont marqué des générations d’artistes de tout poil, autres peintres comme Dali et plus largement les surréalistes, mais aussi artistes de BD, philosophes et évidemment historiens d’art. Le documentariste José Luis López-Linares, qui connait chacun des recoins du Prado, a eu tout le loisir de voir et revoir Le Jardin des Délices et de se laisser subjuguer par sa beauté vénéneuse et son vertigineux mystère. Il a ressenti l’impérieux besoin de confronter cette œuvre non seulement au regard des visiteurs – frappés parfois du célèbre syndrome de Stendhal –, mais à celui de prestigieux intervenants de tous horizons qui nous font partager leur passion pour Bosch et leur ressenti face à une œuvre dont l’interprétation prête encore, cinq siècles après sa création, à controverses.
Car ce qui se dévoile au fil du film et des entretiens, c’est que Jérôme Bosch, né au milieu du xve siècle dans un honnête bourg du Brabant septentrional (l’actuel nord des Pays Bas, alors sous domination du duc de Bourgogne avant son annexion quelques années plus tard à l’Empire des Habsbourg) est lui-même un mystère. Ce qui surprend, c’est le contraste entre ce qu’on connaît du parcours de l’homme, très conservateur, fils d’une famille de peintres installés, membre honorable de la très pieuse confrérie Notre Dame (une assemblée de notables très catholiques, qui vouaient un culte à la Vierge) et sa folie picturale absolument singulière et même inacceptable pour son époque, au point qu’il fut boudé pendant quatre siècles avant d’être redécouvert entre autres par les surréalistes. Cette folie créatrice est peut être à son apogée dans ce Jardin des Délices triptyque probablement commandé par le prince de Nassau dont la cour était alors à Bruxelles. Un triptyque à vocation morale, avec sur le panneau gauche une évocation supposée de la Genèse et du Jardin d’Eden. Au centre une description hallucinante, à base d’innombrables micro saynètes, d’un eden voué aux excès et à la luxure. Et enfin à droite une description méticuleuse des affres de l’enfer. Face à ce tableau fourmillant de détails géniaux et grotesques – fruits géants que des personnages minuscules dévorent, animaux fantastiques symboles du péché pour la plupart, scènes orgiaques à peine déguisées, tortures que même le plus sadique des bourreaux chinois impériaux n’auraient pas imaginées – on a toujours cherché comprendre si Bosch était un moraliste rigoriste voulant montrer le pire pour inciter à la vertu, ou un génie provocateur se vouant à la description du vice avec gourmandise.

Le film voyage au cœur d’une œuvre qui mériterait des heures de contemplation et permet de confronter les réflexions de grands noms de la littérature, de la philosophie, de l’histoire de l’art, des arts plastiques contemporains pour tenter de décrypter – peut-être en vain – un mystère qui se voulait dès le départ insoluble. Mais même si aucune réponse définitive n’est donnée, l’enquête est passionnante et excitante.                                           UTOPIA

DOSSIER DE PRESSE

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.