Du 1er février au 07 février 2017

D’après le récit autobiographique
« Fais de beaux rêves mon enfant », de Massimo Gramellini.

De Marco BELLOCCHIO
Italie – 2016 -2h08
Avec V. Mastandra, B. Bejo, B. Ronchi, G. Caprino, N. Cabras, E. Devos…
Mercredi 18h15
Jeudi 21h00
Vendredi 18h15
Samedi 18h15
Dimanche 18h30
Lundi 14h00
Mardi 21h00

Turin, 1960. Massimo a 9 ans et sa mère remplit sa vie d’une joie immense. Une mère aimante, dansante, enjouée, fascinée par Belphégor, (oui, l’héroïne du feuilleton populaire du temps de l’ORTF incarnée par Juliette Greco). Mais c’est aussi une mère qui semble parfois absente, lointaine, recluse entre les murs qu’elle dresse elle-même. Une mère qui passe du rire le plus naturel à la gravité la plus insondable. Massimo l’aime inconditionnellement, cette mère, comme elle est  Mais au matin d’une nuit pas comme les autres, agitée, décousue, Massimo se réveille et sa mère a disparu, partie comme une étoile filante. Son départ laisse évidemment un vide abyssal, que rien ni personne ne peut combler.
A cette époque (mais est-ce si différent aujourd’hui ?), on croit encore qu’il est préférable de ne pas tout dire aux enfants, qu’ils ne peuvent pas comprendre, que le secret voire le mensonge sont préférables à la douloureuse vérité. Et Massimo ne saura rien ou presque de ce qui est arrivé à sa mère. On lui dit qu’elle est à l’hôpital, mais qu’il ne peut la voir. Puis elle meurt, et il doit croire qu’elle est là, dans le cercueil juste devant lui. Mais non, ce n’est pas possible, sa mère n’est pas dans cette boîte, elle ne peut pas le laisser. Elle ne peut pas avoir demandé à rejoindre Dieu pour mieux veiller sur lui. Il n’y croit pas. Alors pour accepter l’inacceptable il va chercher de l’aide auprès de leur amie Belphégor…
Avec une extrême délicatesse, Marco Bellochio filme Massimo à plusieurs âges de sa vie, jusqu’à la quarantaine. Nous sommes avec lui, parfois aussi perdus que lui, dans ce monde où les enfants ne sont informés que par des bribes de conversations volées aux adultes. Nous sommes encore avec lui quand, adolescent, il se fabrique une carapace en mentant aux autres et un peu à lui-même. Mais, tant bien que mal, il trace sa vie. Ainsi, grandi avec le stade de l’équipe du Torino juste sous ses fenêtres, il sera d’abord journaliste sportif, puis il deviendra reporter de guerre. Une profession où il parle des autres pour mieux se cacher encore. Mais sa fêlure intérieure ne lui permet jamais d’être véritablement relié au monde.
La caméra virtuose de Bellochio donne à ce drame intimiste une réelle ampleur, notamment par la beauté des plans et par l’ambiance si juste qui parcourt tout le film. Le réalisateur ne choisit pas une narration linéaire, et ce choix n’est pas gratuit. Les allers-retours entre les différentes périodes évoquées de la vie de Massimo nous permettent de découvrir en même temps que notre héros les vérités de cette histoire personnelle, à la fois assez banale et pourtant tellement particulière. Il y a une vraie construction, un montage réfléchi et intelligent dans ce film où rien ne semble laissé au hasard.     UTOPIA

DOSSIER DE PRESSE

 

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.