Du 22 février au 28 février 2017

De Thomas VINTERBERG
Danemark 2016 1h51
avec Trine Dyrholm, Ulrich Thomsen, Helene Reingaard Neumann, Martha Sofie Walsltrom Hansen, Lars Ranthe, Anne Gry Henningsen, Fares Fares, Magnus Millang, Julie Agnete Vang…
Mercredi 18h15
Jeudi 21h00
Vendredi 18h15
Samedi 18h15
Dimanche 18h30
Lundi 14h00
Mardi 21h00

T.Dyrholm (Ours d’argent Berlin)

Cela démarre sur un ton bon enfant, enjoué, faussement naïf, mais insensiblement un glissement s’opère, et le film prend la dimension d’un tableau à la fois tragique et jubilatoire des mœurs des Seventies, de leurs idéaux, de leurs rêves aussi généreux qu’illusoires. Nous sommes bien dans la lignée du décapant Festen (le film le plus connu de Thomas Vinterberg).
Si Anna s’en était souvenue à temps, elle n’aurait sans doute pas entraîné sa gentille famille dans une spirale infernale. Mais, pas plus qu’on ne peut refaire l’histoire, on ne peut changer la nature des gens. aborde la vie avec l’optimisme et le charme sereins de celles auxquelles tout a souri dès leurs premiers pas. Naturellement belle mais également cultivée et brillante, elle a su pénétrer dans le cercle restreint des journalistes de premier plan jusqu’à occuper la place très convoitée de présentatrice du journal télévisé de la chaîne nationale danoise. Côté vie privée ? Un mariage endogame avec un architecte qui consacre tranquillement sa dernière décennie de carrière à l’enseignement.
Les chats ne faisant pas des chiens, à 14 ans leur fille unique Freja est une adolescente tout à fait pondérée, respectueuse. Bref notre couple de quadragénaires semble condamné à couler des jours idylliques jusqu’à plus soif. C’est un héritage qui va tout chambouler. Eric se retrouve soudain à la tête d’une imposante propriété familiale. L’émotion qu’il ressent en la visitant ne l’empêche nullement d’avoir l’intention de la vendre sans tarder. Entre le cœur et la raison le choix est vite fait.. Tout semble aller si bien… Peut-être trop bien ? Car Anna lui glisse à l’oreille qu’un peu de piment dans leur routine ne serait pas pour lui déplaire. Pourquoi ne saisiraient-ils pas au vol la folie douce de ces roaring seventies ? Pourquoi ne s’enhardiraient-ils pas à monter une petite communauté ? Une sorte de colocation entre gens qui se choisiraient mutuellement, unanimement. Eric, réticent, ne résiste à celle qu’il aime.
Vont s’en suivre des entretiens improbables et cocasses pour sélectionner les futurs élus La communauté s’étoffe donc au gré des rencontres, des désirs et des besoins des unes et des autres, sans véritable projet structurant. Sans le savoir Anna vient d’introduire le grain de sable dans la belle mécanique d’une vie familiale jusqu’ici harmonieuse, même si elle manquait de surprise. Car l’extrême tolérance que prêche son épouse va autoriser Eric à se permettre ce dont il n’aurait jamais eu l’idée auparavant : il se lance dans une liaison passionnée avec une de ses étudiantes… Il l’avoue à Anna. À partir de ce moment-là le frêle socle sur lequel repose la petite communauté va peu à peu se fissurer…                                                                                                                   UTOPIA

DOSSIER DE PRESSE

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.