Du 03 au 10 mai 2017

De Maha Haj – Israélien – 2016 – 1h 28
Avec Hanan Hillo, Amer Hlehel, Ziad Bakri
Prix de la critique CINEMED 2016 Prix Meilleur Film HAIFA 2016
Mercredi 18h15
Jeudi 21h00
Vendredi 18h15
Samedi 18h15
Dimanche 18h30
Lundi 14h00
Mardi 21h00

À Nazareth, un vieux couple vit au rythme de la routine quotidienne. De l’autre côté de la frontière, à Ramallah, leur fils Tarek voudrait rester un éternel célibataire, leur fille est sur le point d’accoucher, son mari garagiste décroche un rôle au cinéma, alors que la grand-mère perd le Nord… Entre-temps, en Suède, leur fils aîné Hisham attend leur visite. Chacun vaque à ses occupations, entre moments de plaisir et désaccords, rêves et désillusions. Certains souhaitent partir, d’autres rester, mais tous ont des histoires personnelles à régler…
 Personal Affairs est le premier long-métrage de Maha Haj. Elle est pourtant loin d’être une débutante : elle a réalisé deux courts-métrages et a été directrice artistique sur plusieurs films. Le cinéma est arrivé par hasard dans sa vie : « Je n’ai pas suivi d’études en cinéma mais j’ai une formation en littérature arabe et anglaise. À aucun moment, je n’avais envisagé de devenir réalisatrice. J’ai saisi l’opportunité quand elle s’est présentée à moi. La première fois, c’était sur Le temps qu’il reste d’Elia Suleiman en tant que chef décoratrice. J’étais ravie et terrifiée à la fois, mais je me suis jetée à l’eau et le bain était vivifiant. Je me suis dit que c’était le métier que je voulais faire plus tard. Sauf que j’avais déjà près de quarante ans ! », se souvient-elle.
L’idée de base de Personal Affairs vient de la famille même de Maha Haj« Mon frère aîné possède une cabane, dans le nord de la Suède, au milieu des bois. J’y suis allée avec ma famille pour y passer le jour de l’An. Il faisait si froid que le lac était gelé », se souvient la réalisatrice. « Tout était blanc, calme, majestueux et incroyablement beau. Mais j’étais alors au plus fort de ma dépression et insensible à la beauté environnante. Je me suis alors demandé quel impact aurait cet endroit sur mes parents qui sont mariés depuis plus de cinquante ans. Quand mon frère a proposé de les inviter l’été suivant, je me suis dit que ce n’était pas une bonne idée : ce lieu avait eu un impact si fort sur moi, qu’en serait-il avec un couple marié depuis tant d’années ? »
Après avoir fait passer des auditions infructueuses, Maha Haj a préféré s’orienter vers des acteurs non professionnels en majorité. Elle a ainsi sollicité un couple d’amis pour interpréter les parents. « Ils vivent ensemble depuis plus de trente ans et pouvaient s’identifier à leurs personnages », confie la cinéaste. « Quant à la grand-mère, c’est une amie de ma mère ».

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.