Du 24 au 30 mai 2017

 PARTENARIAT CINOCH’ / MOT ET Cie

« le film vous a plu, le livre est disponible chez Mots et Compagnie (cliquez sur le livre) ».

De Rayhana
France
/Grèce/Algérie – 2016- 1h30
Avec Hiam Abbass, Fadila Belkebla, Nadia Kaci

Mercredi 18h15
Jeudi 21h00
Vendredi 18h15
Samedi 18h15
Dimanche 18h30
Lundi 14h00
Mardi 21h00

Une ode à la liberté d’expression. Comme un souffle le film vient caresser nos émotions avec intelligence, grâce et volupté. Nous sommes dès le début du film portés par les propos d’une femme sur son désir d’amour et d’évasion. Qu’en est-il aujourd’hui? Ont-ils d’ailleurs le même sens partout? Être une femme libre est-ce encore une triste utopie ? Telles sont les problématiques de ce film.
Ce sont les conditions féminines actuelles des femmes musulmanes confrontées à une montée de l’extrémisme religieux qui s’expriment aujourd’hui….Outre  les conflits religieux, un autre plane : celui des frontières concernant les rapports qu’entretiennent l’Occident et le Magreb.
« J’ai écrit la pièce 2  ans après mon exil. Un besoin urgent et irrésistible de témoigner et de crier face à l’Occident, sourd et aveugle, qui jouait à ne pas savoir : “ Qui tue qui ? ”. Relayée par les médias, cette phrase nous tuait à coups de “ pourquoi ” alors que les terroristes revendiquaient leurs actions criminelles depuis les places publiques de Londres ou Paris… On les invitait sur les plateaux de télévision, on leur offrait visas, asile politique, de l’argent pour mieux nous assassiner. Je ne pardonnerai jamais à la politique française d’avoir refusé un visa au très grand du théâtre algérien, Azzedine Medjoubi, metteur en scène, comédien et directeur du théâtre national, exécuté peu de temps après à la sortie du théâtre » – Rayhana Obermeyer
Non, il n’y pas de personnage principal. Le personnage de Fatima interprété par Hiam Abbass, est le fil conducteur, il nous guide de femme en femme, d’histoire en histoire.Elle porte le film d’une force incroyable, mais n’est pas le protagoniste, elle est un élément parmi les éléments. Toutes les femmes sont importantes.Un huis clos : dans l’antre d’un hammam d’Alger, dans une atmosphère chaude et embuée, des femmes de toutes générations, de toutes corpulences, nues ou enrobées d’une serviette discutent : se souviennent, se mettent en garde, débattent de sujets politiques, de leurs désirs et de leurs fantasmes.Pourquoi un hammam ? « Le hammam s’est imposé du point de vue philosophique et ancestral comme lieu cathartique de mise à nue. Dans ma société le hammam est un des rares lieux où une femme peut aller sans réprimande. Sauf pour les islamistes qui du jour au lendemain ont décidé que le hammam aussi était “Hram” (illicite) car lieu de nudité …» – Rayhana Obermeyer Un film plein d’humour. La grande chanteuse, danseuse et actrice algérienne Biyouna interprète le rôle d’ Aïcha, sans retenue, elle nous fait rire avec des anecdotes et des répliques à en devenir cultes.
Une mise en scène raffinée. Bien que ce soit une adaptation de théâtre, il n’y a aucun doute que cette pépite appartienne au genre cinématographique, les mouvements de caméra sont légers et agréables : Ils nous font voyager par leur beauté. Des images très symboliques qui nous laissent sans voix.
Dans notre pays, qui est la France, le combat vers la parité, pour nous femmes, n’est certes pas fini, mais devant cette pépite cinématographique nous nous alarmons de ce monde qui va encore si mal.Un film qui donne de la force face à tant de combativité et de désir de liberté.
Courez voir ce film aussi envoutant qu’important !! www.justfocus.fr/

DOSSIER DE PRESSE

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.