Du 7 au 16 juin 2017

 

UN LIVRE, UN FILM, EN PARTENARIAT AVEC LA LIBRAIRIE MOTS ET CIE

et ZE REGALIA Théatre

Lecture publique le Jeudi 8 juin à 18 heures à la librairie Mots et Cie

D’Ivo M. FERREIRA
Portugal 2016 1h45
avec Miguel Nunes, Margarida Vila-Nova, Ricardo Pereira, João Pedro Vaz, Simão Cayatte…
D’après les lettres d’A. Lobo Antunes publiées sous le même titre aux éditions Christian Bourgois : disponible chez Mots et Cie
Mercredi 18h15
Jeudi 21h00
Vendredi 18h15
Samedi 18h15
Dimanche 18h30
Lundi 14h00
Mardi 21h00

« Les lettres de ce livre furent écrites par un homme de vingt-huit ans, dans le cadre intime de sa relation avec sa femme, isolé de tout et de tous durant deux ans de guerre coloniale en Angola, sans qu’il pense qu’elles seraient publiées un jour. Nous n’allons pas décrire ces lettres : chacun les lira à sa manière, assurément différente de la nôtre. Mais quelle qu’en soit l’approche, littéraire, biographique, document de guerre ou histoire d’amour, nous savons qu’elles sont extraordinaires sous tous ces aspects. » (Extrait de la préface écrite par Maria José et Joana Lobo Antunes, filles de l’écrivain)
Lettres de la guerre est donc une très belle adaptation des écrits autobiographiques d’António Lobo Antunes. S’il est bien évidemment question de guerre dans ce film, il est surtout question d’amour. António Lobo Antunes fut médecin durant la guerre d’Angola au début des années 70 – il était également apprenti écrivain. Ivo Ferreira raconte son expérience de soldat mais aussi son apprentissage d’auteur, et même d’auteur amoureux puisque l’histoire est racontée par les missives enflammées qu’il adresse à sa compagne au Portugal.
L’image de Lettres de guerre est absolument superbe : c’est le regard posé par un étranger sur une beauté exotique décrite dans les lettres de l’auteur comme « excessive ». Ivo Ferreira se sert habilement de cette mise à distance hallucinée (la beauté exaltée de la nature et des hommes érotisés) qui déréalise tandis que les lignes lues permettent d’entrer dans la tête et le cœur de l’auteur. Avec autant de lyrisme, mais plus d’intimité que dans ces plans plus grands que la vie : les orages de nuit qui dessinent une silhouette humaine ou ces grands cieux interminables.
Ferreira donne beaucoup à voir, surtout ce qu’il y a de beau – mais donne à imaginer aussi. La photographie est en noir et blanc et il reste à imaginer le vert omniprésent décrit par la voix-off.
Le réalisateur n’élude pourtant pas la dureté du quotidien : entre quelques nouvelles du Benfica (l’un des clubs de football de Lisbonne), on observe les hommes comme des insectes se battant pour leur survie, ou perdant la tête – l’un s’enfuit nu dans la nature, l’autre cherche son briquet comme si sa vie en dépendait. Ce film-poème célèbre la beauté avec panache, mais parvient également à incarner le changement intérieur d’un homme confronté à l’horreur.                                                              (N. Bardot, filmdeculte)

DOSSIER DE PRESSE

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.