FESTIVAL TELERAMA du 24/01 AU 30/01

Du 24/01 au 30 /01 21ème Edition du Festival cinéma Télérama – au Colisée
À voir ou à revoir, à consommer sans modération, tout est bon !!!
Programme complet : voir plaquette du Colisée

Les Amis du Cinoch’ soutiennent particulièrement

«UN HOMME INTEGRE » de M. RASOULOF

Reza, l’homme intègre du titre, est à la tête d’un petit élevage de poissons rouges – lesquels font partie intégrante de la tradition de Norouz, le nouvel an iranien. Reza a quitté Téhéran pour s’installer à la campagne et il compte sur son élevage pour se refaire un avenir. Sous l’apparence paisible de la jolie bicoque familiale perdue entre deux étendues d’eau, se trame un drame, et la petite ferme piscicole parait bien fragile, tout comme la vie,. Tous, à l’image de la nature endormie, semblent attendre un renouveau qui tarde à venir.
Regard ténébreux, allure obstinée, chaque fibre, chaque geste de Reza témoignent qu’il est un homme qui bout intérieurement, habité par une juste colère. Même pour obtenir un report d’échéance pourtant salvateur, il ne peut se résoudre à verser un pot-de-vin à son banquier, selon une pratique communément admise. « Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul ! »…Il a le panache qui sied aux vrais héros, aux justes… Mais à quoi cela sert-il dans un pays où règne la loi du plus fort et la corruption à tous les étages ? Il serait seul contre tous sans la présence complice et les conseils avisés d’Hadis, son épouse, Mais aussi admirable soient-elles, les convictions de Reza ne suffisent plus. Se débattre dans un milieu hostile, dont on n’est pas issu, nécessite plus que de la vaillance et de la grandeur d’âme et ses efforts acharnés, son travail opiniâtre, risquent bien d’être anéantis par les magouilles tout pour l’exproprier. Reza se trouve pris dans un véritable cauchemar éveillé. …Reza va-t-il apprendre la résignation ?
Le récit de cet affrontement implacable est ponctué de moments de douceur et de grâce indicibles… … On est tenus en haleine jusqu’au dénouement, très fort, d’une férocité ravageuse…
On se doute que le personnage de Reza est un reflet de Mohamed Rasoulof, le réalisateur qui vit constamment aux aguets, dans la peur des représailles. « J’étais prêt à être arrêté et emprisonné… Finalement, le bureau de la censure m’a juste (Rasoulof qui risque six ans de prison dans son pays et vient de se voir confisquer son passeport. Il vous sautera aux yeux que ce thriller tendu, de haute tenue, est une œuvre éminemment politique, qui offre une une analyse terriblement lucide et décapante des dessous d’une société où il n’existe guère d’autre alternative que d’être oppresseur ou opprimé, corrupteur ou corrompu.)

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.