Du 03au 09 octobre 2018

La brillante réalisatrice de Winter’s bone, c’était Debra Granik, qui revient aujourd’hui avec Leave no trace, adapté d’un roman lui même inspiré par un fait divers bien réel.

Nous sommes aux abords de Portland, capitale de l’Oregon, sur la côte Pacifique, célèbre pour être la ville natale de Kurt Cobain, mais surtout connue des Américains pour les splendides forêts primaires qui entourent l’agglomération. Personne ne sait qu’aux confins les plus inaccessibles du parc, loin des randonneurs urbains qui en fréquentent les futaies le week-end, vivent une adolescente et son père, Tom et Will, dans la quasi-clandestinité, en presque totale autonomie, cultivant un petit potager forestier, ayant acquis sur le tas moult techniques pour recueillir l’eau de pluie ou faire du feu en économisant le propane, limitant au maximum les visites discrètes à Portland, où ils se procurent le strict nécessaire. On comprend que l’homme est un vétéran, probablement brisé par une des nombreuses guerres moyen-orientales que l’armée américaine a menées jusqu’à l’absurde. On comprend aussi qu’au-delà de la survie au jour le jour, il assure une bonne éducation à sa fille malgré les conditions spartiates. Et on voit qu’il existe une vraie complicité, une profonde tendresse entre les deux. Tout pourrait continuer ainsi s’ils n’étaient pas un jour surpris par la police, puis confiés aux services sociaux, qui sont bien obligés de constater la bonne santé et le bon niveau d’éducation de Tom et décident de les installer dans un mobile-home à proximité d’un haras pour tenter de les intégrer. Pour l’adolescente, c’est la découverte d’une nouvelle vie, qui malheureusement ressemble pour le père à une oppression quotidienne…
Leave no trace, dont le titre évoque cette volonté farouche de fuir la société de consommation que le père rejette, est l’histoire d’une magnifique relation père-fille en même qu’une une exaltante réflexion sur ce pas de côté que chacun peut un jour décider de faire, qu’il soit poussé par les aléas de la vie ou porté par la réflexion philosophique ou politique. Debra Granik filme cette démarche de retrait de la société sans manichéisme ni angélisme, en fait ressentir les limites quand le besoin de relations sociales est plus fort que la volonté de rompre avec les modèles dominants et qu’une voie médiane peut surgir. Leave no trace est un formidable voyage dans cette Amérique qu’on aime, celles des hobos qui traversaient le pays dans les wagons de la Grande Dépression, celle de ces poètes qui n’ont pas voulu rompre avec les idéaux des années 70 et ont reconstruit à leur façon, au cœur de paysages grandioses et rescapés de la surexploitation environnante, une autre façon de vivre. Les images sont donc superbes, le récit est aussi passionnant qu’émouvant et on s’attache pour le compte au duo merveilleusement incarné par Ben Foster (vu l’an dernier chez nous dans Comancheria) et la toute jeune et déjà impressionnante Harcourt McKenzie, véritable révélation venue de Nouvelle Zélande.          UTOPIA

DOSSIER DE PRESSE

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.