Du 17 au 23 octobre 2018

BANDE ANNONCE

ATTENTION MODIFICATIONS HORAIRES

De Kiyoshi KUROSAWA – Japon 2018 2h20mn – avec Kaho, Shôta Sometani, Masahiro Higashide… Scénario de Hiroshi Takahashi et Kiyoshi Kurosawa, adapté de la pièce de théâtre de Tomohiro Maekawa et librement inspiré des contemplations galactiques.

MERCREDI 17/10 – 18 H 15
JEUDI 18/10 – 21 H
VENDREDI 19/10 – 21 H
SAMEDI 20/10 – 18  H 
DIMANCHE 21/10 –  18 H 
LUNDI 22/10 – 13 h 45
MARDI 23/10 – 21 H

Driiing. Il est huit heures. Lentement vos paupières s’extirpent de leur sommeil épais, clignotant à peu près comme une ampoule qui s’apprêterait à griller, pendant que votre main droite tente désespérément de mettre un terme aux rugissements du réveil-matin. Au lieu de ça, votre index flanche sur la touche du tuner et active celle de la radio. Cela tombe bien, c’est justement votre président qui intervient sur France Inter ! Vous ne vous réveillez plus seulement pour vous, mais aussi pour la France. Votre inconscient se laisse séduire peu à peu par ses mots doux qui vous forgent chaque jour un peu plus le caractère : « croissance », « chômage », « identité », « réforme » et « oui, monsieur, je suis fier de mon pays ». Ces concepts tellement aériens qu’ils plient votre esprit en trois comme des avions en papier et le font décoller vers Bora-Bora, renommée Boring-Boring, pour l’occasion. Car disons le franchement, puisque c’est officiel : toute cette logorrhée verbale n’a rien de poétique ! Pire : elle semble tellement désaffectée que vous avez beau ingurgiter à la pelle leurs salades, elles ne prennent pas racine pour autant. Ennui…
Vous vient alors à l’esprit ce film fascinant que vous avez découvert la semaine dernière à Utopia : Invasion… Et vous comprenez, oui vous comprenez, presque par miracle, une pensée envoyée du ciel, que votre président appartient à la famille des envahisseurs du film, venus d’outre-espace pour vous comprendre, extraire vos concepts pour mieux les rabâcher, et finalement vous envahir… Vous frissonnez, écarquillez enfin les yeux, saisi par une fulgurance : votre président n’est pas humain. Et alors que vous réalisez ô combien votre vie ne sera plus jamais pareille maintenant que vous détenez ce terrible savoir (probablement même êtes vous l’élu…), vous réalisez que cela fait plus d’une semaine que vous n’avez pas arrosé vos plantes…
Kiyoshi Kurosawa n’en avait décidément pas fini avec les forces mystérieuses. Dans Vers l’autre rive (2015), un fantôme est encore parmi les hommes ; au cœur de Real (2014), une jeune femme flotte entre le coma et le réel ; dans Shokuzai (2012), chaque personnage porte le poids éternel d’une disparition ; et à l’époque de Kaïro (2001), un virus fantomatique contaminait l’humanité via des sites internet. Dans ce même jeu de miroir déformant et d’émotions parallèles, voici Invasion : des forces mystérieuses infiltrent le monde des hommes pour étudier leurs mœurs, les décortiquer et préparer l’invasion…
Kurosawa place l’homme au cœur de l’histoire, considérant que l’être humain est tout aussi étrange que l’envahisseur, si ce n’est davantage ! Car l’étranger y figure d’abord comme une reproduction basique de l’homme (par son apparence) à qui il va manquer les fondements de notre humanité pour lui ressembler pleinement. L’homme n’est pas une machine mais une matière mouvante : les concepts sont finalement insaisissables, bien que fondamentaux. C’est à travers nos faiblesses que se noue cette profondeur, critique à peine voilée de la société en quête de perfection : l’homme parfait est finalement une imperfection… Le monde ne peut se réduire à une accumulation de concepts qui évacueraient le sens et la profondeur de notre humanité, ses replis poétiques… Le sentiment le plus insondable restant évidemment l’amour. « Car l’on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel étant invisible pour les yeux », pour citer ce bon vieux Saint-Exupéry… La densité philosophique d’Invasion est d’autant plus sidérante qu’elle évite la surcharge. Très peu d’effets spéciaux numériques, encore moins de scènes d’action échevelées. Une simple pression de doigt sur un front suffit à vider les êtres humains de leur conscience. Kurosawa est un orfèvre qui fabrique des perles de film. Et c’est bête à dire, mais l’amour y fera encore des miracles.

DOSSIER DE PRESSE

 

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.