Du 28 Nov. au 4 Déc.

D’Adilkhan YERZHANOV – Kazakhstan 2018 1h39mn – avec Dinara Baktybayeva, Kuandyk Dussenbaev, Teoman Khos…

Mercredi 18h15 – Jeudi 21h00 
Vendredi 14h00 – Samedi 18h15 
Dimanche 18h30 – Lundi 14h00
Mardi 21h00

5 nominations Cannes 2018

Quelques gouttes de sang qui tombent sur une fleur des champs. Ce sont deux types qui se battent à côté de balles de paille, mais leur combat – exempt de violence – est réglé comme un ballet dans la lumière d’été qui baigne la scène. Jusqu’à ce que l’un d’eux, le doux Kuandyk, se relève, tapote gentiment la joue de son adversaire défait, et s’éloigne en souriant, empochant le gain de sa victoire.
Kuandyk est un gaillard costaud, certes, qui veille avec tendresse – et sans doute un peu plus – sur son amie, la belle et douce Saltanat, que l’on voit par une fenêtre entrouverte traverser, drapée d’une robe rouge, le chemin qui mène à la ferme de son père. Dès les premières images, on est saisi, soufflé par la beauté simple et imparable des images, des plans larges, colorés et lumineux, composés comme autant de tableaux méticuleux, naïfs et pleins de grâce. Instantanément, on sait qu’on va se laisser porter par le rythme aérien, la poésie délicate et la joliesse de ce film peu commun. Au petit jeu des parentèles, le kazakh Adilkhan Yerzhanov est un proche cousin de Kaurismaki, avec qui il partage à la fois un univers intemporel, une poésie lunaire et le souci d’offrir de la beauté, un cadre, une image qui les magnifient aux laissés pour compte dont ils narre les efforts désespérés pour résister à la société qui entend les broyer. On pourrait également citer Michel Gondry (la capacité de créer un imaginaire immédiatement perceptible avec trois bouts de ficelle, un empilement de containers ou un morceau de craie) et Takeshi Kitano (l’amour de la peinture et le talent de l’épure). Mais ses références avouées sont Albert Camus (à qui il emprunte, tiré des dernières lignes de L’Étranger, son titre magnifique), Stendhal, Jean-Paul Belmondo et le Douanier Rousseau !
On vide la ferme de Saltanat. Son père, lourdement endetté, n’y survit pas. Sa mère la supplie de les sauver, elle et ses jeunes frères, en allant à la ville quémander l’aide de Bayandyk, un oncle qu’on suppose suffisamment riche et puissant pour les sortir d’affaire. Parfaitement consciente de ce qu’on lui demande, après une hésitation, Saltanat part donc rencontrer cet oncle – accompagnée de l’ami fidèle Kuandyk qui a justement, dit-il, toujours rêvé de créer une affaire en ville. Il apparaît rapidement que l’oncle n’est qu’un entremetteur auprès de son associé, affairiste adipeux, qui monnaierait volontiers son aide en échange de la main de la belle jeune fille. De son côté, Kuandyk, qui vend avec un certain panache sa force de travail dans des entrepôts de fruits et légumes, s’efforce de vivre en harmonie avec les autres manœuvres. Mais il se voit bientôt contraint de rentrer dans le rang et d’abandonner son intégrité et son honneur aux intérêts de son patron, en devenant pour lui exécuteur de basses-œuvres.                                                              Utopia

POUR EN SAVOIR PLUS !!

 

 

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.