Du 13 mars au 19 mars « IN MY ROOM »

Profitez !!!!  votre place à 4 € seulement  les 17-18-19 mars

De Ulrich Köhler , Allemagne/Italie – Janv. 2019 – 2 h avec Hans Löw, Elena Radonicich, Michael Wittenborn

Malgré son point de départ, In My Room n’est pas un film dystopique, comme le précise son réalisateur : « le désastre et la destruction de l’humanité ne sont pas le sujet principal du film – c’est une histoire ‘réaliste’ dans un cadre irréaliste, l’histoire d’amour des derniers humains sur terre ». Il se défend d’avoir signé un film d’anticipation car il ne s’agit pas de lancer une alerte sur des effets indésirables futurs et leur cause : « Le monde déserté est un concept expérimental qui pose la question de la libération des contraintes sociales et la possibilité d’un nouveau
Le réalisateur a eu l’idée d’In My Room en lisant Le Mur de Marlen Haushofer, Miroirs Noirs d’Arno Schmidt et Wittgenstein’s Mistress de David Markson : « Dans ces textes, l’absence des autres permet de voir des humains isolés et libérés des contraintes sociales et la possibilité d’un nouveau départ ».
Le titre du film est issu de la chanson éponyme des Beach Boys, dont les paroles sont « Now it’s dark and I’m alone, but I won’t be afraid, in my room » (« maintenant il fait sombre et je suis seul, mais je n’ai pas peur dans ma chambre »). Pour le réalisateur, « avant même que l’humanité ne disparaisse, [le héros] s’est retiré, a fermé la porte et ne laisse personne entrer. Dans la deuxième partie du film, lorsqu’il veut ouvrir sa porte, c’est trop tard ».
Le film a été tourné dans la petite ville allemande de Vlotho dont les habitants ont accepté de ne pas tondre ou élaguer leurs jardins pendant 6 mois afin de donner l’impression que la nature avait repris ses droits sur le village. Quant à la scène disco, elle a été filmée dans un club durant une véritable soirée. Les acteurs se sont mêlés aux danseurs sur la piste. »C’était très amusant. A l’avenir, j’ai très envie de retravailler de cette façon. Insérer un personnage de fiction dans une situation réelle est une bonne chose pour quelqu’un comme moi qui aime tout contrôler, cela m’aide à lâcher prise » explique le réalisateur.
Allo ciné

DOSSIER DE PRESSE

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.