« La miséricorde de la jungle » du 22 mai au 28 mai 2019

Grand Prix (Étalon d’or)
et Prix d’interprétation masculine pour Marc Zinga
au Festival panafricain de Ouagadougou 2019 (FESPACO).

De Joël KAREKEZI – Rwanda / France / Belgique 2017 1h31 – avec M. Zinga, S.Bak, I. Ahmed « Pino », N. Shanel…

Joël Karekezi, jeune réalisateur trentenaire, est rwandais, tutsi, originaire de Gisenyi, ville frontalière du Congo, dans la région du Kivu devenue tristement célèbre. En 1994, il avait 8 ans, il a vu les rues jonchées de cadavres, le lac couleur sang … ses voisins se vanter d’avoir tué à la machette d’autres voisins. Son père a été tué, il a dû fuir avec sa petite sœur de l’autre côté de la frontière, se cacher, affronter la faim, la peur, la soif au cœur de la jungle… Survivant de l’horreur, il aurait pu nourrir une haine inextinguible pour les descendants de ceux qui ont dévasté son enfance. Tout au contraire, il s’est forgé l’indéfectible conviction qu’il devait à son petit niveau contribuer à dénoncer coûte que coûte l’escalade de la haine, à combattre toutes les armées et leurs intérêts souvent bien peu avouables.
Car après le génocide rwandais, la région des Grands Lacs ne s’est pas apaisée. De l’autre côté de la frontière, la fin du régime Mobutu et les guerres de succession qui ont suivi ont encore causé, sur une décennie, 6 millions de morts, essentiellement par leurs conséquences indirectes : famines, épidémies, 4 millions de déplacés…
Face à tout cela, Joël Karekezi a appris en autodidacte le cinéma et avec son premier long métrage, au lieu de se contenter de perpétuer la mémoire du génocide entretenue voire instrumentalisée par le pouvoir rwandais en place, il a, inspiré par le vécu d’un de ses cousins – soldat rwandais pendant cette deuxième Guerre du Congo, égaré dans la jungle durant plusieurs semaines –, imaginé un scénario étonnant, qui dit bien l’absurdité de ces conflits sans fin. Le récit suit deux soldats rwandais, un vétéran qui a vécu le génocide et un jeune troufion naïf pétri de convictions nationalistes, qui perdent le contact avec leur bataillon dans la jungle frontalière. Au bout d’un moment, leur errance les conduit vers des villages où plus personne ne sait vraiment qui est allié avec qui, pour qui et pourquoi on combat, les seules éternelles victimes étant les populations civiles, victimes des armées régulières et des milices avides de sang et de profit…
Joël Karekezi filme magnifiquement la jungle, protectrice et meurtrière à la fois, cette jungle qui, elle, n’a pas de frontières ni de nationalité, cette jungle d’où peut surgir à tout instant le danger mais qui réserve aussi des moments magiques, comme cette rencontre avec un gorille.
L’authenticité du récit et la force du message, profondément humaniste et antimilitariste, ont conquis le jury du Festival panafricain de Ouagadougou qui a décerné au film la récompense suprême.

DOSSIER DE PRESSE

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.