« ATLANTIQUE »‘ du 30 oct. au 5 Nov.2019

Grand Prix du Jury – Festival de Cannes 2019

De Mati DIOP – Sénégal/France 2019 1h45mn – avec Mama Sané, Amadou Mbow, Ibrahima Traoré, Nicole Sougou…

Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers d’un chantier, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur.Parmi eux se trouve Souleiman, qui laisse derrière lui celle qu’il aime, Ada, promise à un autre homme.
Quelques jours après le départ en mer des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage d’Ada et de mystérieuses fièvres s’emparent des filles du quartier.
Issa, jeune policier, débute une enquête, loin de se douter que les esprits des noyés sont revenus. Si certains viennent réclamer vengeance, Souleiman, lui, est revenu faire ses adieux à Ada…
Atlantique est un prolongement du premier court métrage de Mati DiopAtlantiques, tourné à Dakar en 2009. On y suit Serigne, un jeune homme qui raconte à ses amis sa traversée en mer. « C’est l’époque « Barcelone ou la Mort » où des milliers de jeunes quittent les côtes sénégalaises pour un avenir meilleur en tentant de rejoindre l’Espagne » raconte la réalisatrice.

Une histoire collective

Suite aux émeutes qui ont secoué Dakar en 2012, quelques mois après le printemps arabe, Mati Diop a eu envie de poursuivre ce qu’elle avait entrepris avec Atlantiques. Un soulèvement citoyen, appelé « Y’en a marre », porté par des jeunes sénégalais, appelait à la démission d’Abdoulaye Wade, alors président du Sénégal. La réalisatrice se souvient : « « Y’en a marre » tournait la page sombre de « Barcelone ou la Mort ». Pour moi, quelque part, il n’y avait pas les morts en mer d’un côté et les jeunes en marche de l’autre. Les vivants portaient en eux les disparus, qui en partant avaient emporté quelque chose de nous avec eux. Il s’agissait d’une seule et même histoire collective ». 

Un film de fantômes

Malgré son sujet politique et social, Atlantique revêt une dimension fantastique et poétique. Lorsqu’elle réalisait Atlantiques en 2009, Mati Diop avait le sentiment que les hommes dont elle recueillait la parole étaient déjà partis : « Je trouvais qu’il régnait une atmosphère très fantomatique à Dakar et il me devenait impossible de contempler l’océan sans penser à tous ces jeunes qui y avaient disparu. Pour moi, faire un film n’est pas simplement raconter une histoire. C’est avant tout trouver une forme à une histoire ». Désirant raconter une histoire de fantômes, il était alors logique pour elle de faire un film fantastique.

Roméo et Juliette

La réalisatrice a voulu raconter un amour impossible, « à l’ère du capitalisme sauvage. Un amour fauché par l’injustice, volé par l’océan ». Elle s’est aperçue qu’elle n’avait grandi avec aucune figure de couple de noirs digne de Roméo et Juliette, à l’exception des héros de Touki Bouki, un film sénégalais réalisé par son oncle, Djibril Diop Mambéty.

La tour sombre

La tour que l’on voit dans le film est en 3D et s’inspire d’un vrai projet architectural, la « Tour Kadhafi », initiée par l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade et Mouammar Kadhafi en 2009. Cette pyramide noire gigantesque surplombant Dakar devait être la première tour solaire et la plus haute d’Afrique. À l’issue de trois ans de construction, elle devait mesurer 200 m de haut, soit 60 niveaux et 100 000 m². La tour n’a finalement jamais vu le jour mais a marqué Mati Diop : « j’ai ressenti un mélange d’indignation et de fascination. Comment pouvait-on dépenser des millions dans une tour de luxe dans une situation sociale et économique aussi désastreuse ? Ce qui m’a dans le même temps fascinée est que cette tour, en forme de pyramide noire, avait pour moi l’allure d’un monument aux morts ». 
« Il est des films qui marquent d’emblée la rétine et occupent l’esprit longtemps après l’avoir touchée. Atlantique est de ceux-là qui fait son effet puis chemine à pas feutrés vers une digestion lente de ce qu’il a distillé. La beauté pure d’une histoire d’amour, la puissance d’une fable politique, le trouble d’un conte peuplé de fantômes réunis en un seul geste, dirigé par un élan vital qui a valeur de signature. » (V. Cauhapé, Le Monde)

DOSSIER DE PRESSE

 

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.