TU MOURRAS A 20 ANS du 11 mars au 17 mars 2020

Lion du Futur Meilleur Premier Film Venise 2019
Grand Prix Festival Amiens 2019

D’Amjad ABU ALALA – Soudan 2019 1h45mn VOSTF – avec Mustafa Shehata, Islam Mubarak, Mahmoud Elsaraj, Bunna Khalid…

Parfois de grands pays s’éveillent à la vie et à la démocratie tout en s’éveillant au cinéma. Le Soudan était ainsi, depuis de longues décennies, absent aussi bien de nos écrans que de nos imaginaires. Le Soudan, pour ceux qui sont un minimum informés, se résumait à une sombre dictature où régnait la charia, et que l’on soupçonnait d’être un des états financeurs du terrorisme international. Mais les Soudanais…ont enfin réussi à faire chuter le vieux dictateur. Ils sont donc petit à petit revenus à la vie, et au cinéma : il faut rappeler que l’art cinématographique était vivace dans le Soudan des années 60/70… Tu mourras à vingt ans, un beau conte au réalisme magique qui est aussi une parabole du réveil démocratique.
Le héros du film Muzamil, et est un garçon qu’une malédiction frappe dès sa naissance. Au grand malheur de ses parents, un cheikh soufi en visite dans leur village, dans l’état agricole d’Al-Jazira, leur annonce que le garçon mourra lorsqu’il atteindra l’âge de vingt ans : en effet, un de ses derviches tombe inconscient après avoir adressé les louanges « Gloire à Dieu, Vingt », ce qui est le signe indiscutable de la mort prématurée qu’il prophétise. Toute l’enfance et l’adolescence de Muzamil vont être conditionnées par la prédiction : son père, triste et impuissant, s’en va chercher du travail à la ville puis à l’étranger, le laissant seul avec sa mère qui porte dès lors perpétuellement le deuil. Celui que l’on appelle dans le village « l’enfant de la mort » va lui-même se résigner à sa fin prochaine et se plonger dans l’étude du Coran.
Mais il y a Naïma, une jeune femme qui aime Muzamil depuis l’enfance … Et puis survient un homme d’âge mûr, Suleiman, qui a vécu à l’étranger et qui est revenu au village tout en restant à l’écart. Tout chez cet homme représente la liberté et l’indifférence face aux traditions : il se fait livrer de l’alcool en cachette, vit avec une femme libre, probablement ancienne prostituée et chanteuse… Et, miracle, il va faire découvrir à Muzamil, à travers quelques bobines conservées, le cinéma d’autrefois, et avec lui le Soudan libre des années 60/70. Toute la saveur du paradoxe réside dans le fait que c’est un vieil homme, … qui représente modernité et liberté alors que le jeune homme avait fini par accepter son sort inéluctable réservé par une tradition intangible.
Et de fait on peut deviner que le combat du cinéaste pour la liberté s’incarne dans le personnage de Suleiman. Mais Amjad Abu Alala filme aussi avec infiniment de beauté et de tendresse les rituels et les couleurs de la ruralité soudanaise, et dessine le portrait de personnages extrêmement simples et touchants, à l’image des parents de Muzamil, profondément attachés à leurs croyances mais tout aussi profondément bienveillants et aimants. Comme si le réalisateur soudanais voyait le futur de son pays dans un (r)éveil critique de ses citoyens sans pour autant faire table rase d’une culture millénaire.

DOSSIER DE PRESSE

Ce contenu a été publié dans Film de la semaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.